5 décembre 2022

Recyclage des panneaux photovoltaïques : la filière se structure

Parmi les arguments des détracteurs du photovoltaïque, la prétendue absence de possibilité de recyclage revient régulièrement.

Portée par Soren, éco-organisme agréé par les pouvoirs publics pour la collecte et le traitement des panneaux PV usagés, l’activité recyclage vient de se doter d’un site à Saint-Loubès, près de Bordeaux. L’entreprise Envie2E Aquitaine a investi 2 M€ dans une machine de délamination par lame chaude pour récupérer le verre plat et valoriser les composants.

Ainsi, à la recyclabilité déjà très élevée s’ajoute désormais la valorisation du verre et des composants intégrés dans un module solaire (aluminium, silicium, argent, cuivre, …). 

Lorsque les panneaux arrivent, ils sont d’abord minutieusement auscultés. Chaque panneau est testé pour vérifier son état de marche. Les panneaux sont ainsi passés à la caméra thermique et aux infrarouges pour dénicher de possibles hots spots et sont ensuite flashés pour connaître leur puissance résiduelle dégradée après des années de production.

Dans environ 5% des cas, une remise en vente est envisageable. Ceci pourrait permettre d’envisager un marché de l’occasion, pour des usages comme la couverture d’abribus en milieu rural pour offrir de la lumière, l’électricité pour la recharge des portables, ou des véhicules de loisirs comme les camping-cars, les caravanes et mobil-homes.

Les autres panneaux, après enlèvement de leur boîte de jonction et de leur cadre aluminium – le prix de l’alu a augmenté de 70% en 2022 – passent par la délamineuse. Une première lame décolle le backsheet sur quelques millimètres. Les autres lames chauffées séparent les différentes couches que forme un module solaire et font ressortir intacte la plaque de verre, qui pourra ensuite repartir vers une verrerie.

Avec l’engouement pour les panneaux PV qui se confirme avec la hausse du prix de l’électricité, c’est une bonne chose de pouvoir aussi confirmer ces aspects positifs en matière de recyclage.