15 décembre 2019

Perpignan, démolition des parkings Parcovilles

Les parkings Parcovilles étaient un dispositif ingénieux, mais qui n’a pas eu une longue vie ni un grand succès.

Quelques villes de France et de Belgique, dans les années 80-90, ont créé ce type de parkings souterrains, au principe ingénieux : vous déposez en surface votre voiture dans un box, et un élévateur va tout seul la ranger en sous-sol, dans des alvéoles ; et au retour, comme avec un ascenseur, vous demandez le retour de votre véhicule qui vous est ramené en surface. Idéal pour les claustrophobes !

Mais ces installations ont notamment souffert de pannes et de pièces de rechanges difficiles à obtenir, et tous ont fermé les uns après les autres.

6 parkings souterrains de ce type existaient à Perpignan : 2 sous la place Cayrol près du Castillet, et 4 sous la place Jeantet-Violet, près des Dames. Ils sont depuis de nombreuses années fermés et, comme pour les autres villes où ces équipements ont été créés, il n’a pas pu leur être trouvé d’autre utilité ou affectation.

Devant les contraintes et risques que présentent ces ouvrages (pollutions, effondrements, …), la Ville de Perpignan a demandé à la SPLPM de l’aider à trouver les modalités pour se débarrasser de ces encombrants silos.

Après étude, il a été décidé de les dépolluer, d’enlever toute la structure intérieur (en conservant le fut béton périphérique, puis de les combler. Sous pilotage de la SPLPM, les prestataires ont été mis en concurrence et retenus pour réaliser ces travaux.

Les 2 parkings Parcovilles situés sous la place Cayrol ont ainsi été remblayés d’avril à juin 2019, et le mode opératoire envisagé (expérimental vu la spécificité des ouvrages !) a parfaitement fonctionné. L’espace ainsi libéré va être aménagé, dans la continuité des allées Maillol, cet automne.

De même, les 4 Parcovilles de la place Jeantet-Violet seront démantelés à compter du 16 septembre. Le chantier imposera quelques changements dans les piétons mais, hors intervention ponctuelle, n’induira aucune contrainte pour la circulation automobile. Les démolitions engendreront certes quelques nuisances sonores (qui seront réduites autant que possible), un mal au demeurant léger au regard du réaménagement esthétique de ce square qui sera ensuite possible. Les travaux s’achèveront début décembre 2019.